•  

    Episode 4 : Fais un duel contre moi ! Le vol des pommes.

     

     

    Aimy ouvrit les yeux, et se redressa, elle remarqua un immense château qui se dressait devant elle.

    -        -  Qu’est-ce que cet endroit ? Où est-ce que j’ai atterrit, fit une voix non loin d’elle.

    Aimy s’approcha et vit Joey. Des huit personnes que se trouvaient avec elle, pourquoi fallait-il qu’elle tombe avec lui.

    -       -   Joey ! fit Aimy, d’une petite voix en s’approchant de lui, elle ne voulait pas être toute seule dans ce monde virtuel.

    Joey et Aimy ne s’entendaient pas vraiment bien, enfin Aimy aimerait bien en faire un ami, mais avec le ba…. Enfin ce qui s’était passé avec Marik, cela compliqué les choses. Aimy le suivit de loin, mais sans le perdre de vue. Ils marchaient vers la grande bâtisse. Joey entra dans le hall, Aimy accourra pour le rejoindre.

    -      -   Où est-ce que je suis ? Tout ce dont je me souviens, c’est que j’étais sur le point de donner une leçon à ces gros pleins de soupes, et le retrouve à errer dans un immense château. Allez, montrez-vous espèce de cerveau de moineau, vous n’êtes que des mauviettes. Mais si vous cherchez la bagarre, je suis prêt. Je sais que vous êtes en train de montrez-vous ! cria Joey.

    Aimy resta coi, figé en haut des marches, un peu intimidée, il faut bien l’avouer. Elle soupira et prit son courage à deux mains.

    -        -  Joey ?

    -         - Quoi ? s’écria-t-il.

    -        -  Pardon ! Pardon ! fit Aimy en fermant les yeux

    Elle recula vivement, en levant les mains devant elle, pour se protéger. La jeune fille ne voulait pas le mettre en colère, mais elle avait peut-être l’occasion de plaider sa cause, et peut-être qu’il la laisserait voir, et parler à Yugi à nouveau.

    -        -  Joey ! Est-ce… que tu veux… faire un duel contre…moi ! fit Aimy toute tremblante.

    -        -  Hein ?

    -        -  Oui ! Quand … J’ai vu quand tu as affronté Odion. Tu as dit que durant le duel… Tu avais appris à le connaître… à savoir qu’il n’était pas Marik, qu’il était … loyal, et fair-play. Je me suis dit que … moi aussi… que tu pourrais voir que … euh… je suis quelqu’un de … bien ! fit Aimy.

    Elle n’était pas à l’aise, et peu certaine de ce qu’elle venait de dire, et de savoir comment Joey allait le perdre. Elle osa lever la tête vers Joey, et croisa son regard. Aimy nouait ses doigts et nerveusement. Il la regardait étrangement, Aimy ne savait pas si c’était une bonne chose ou pas.

    -        -  Qu’est-ce que tu veux vraiment ? Tu ne sais pas jouer.

    -       - Je sais, mais si c’est le seul moyen, pour que… tu crois… que je veux pas de mal à Yugi, ou à Yami, dit Aimy, au contraire, ajouta-t-elle tout bas.

    -      -   Tu penses que je vais te croire ! Tu as vu la veste que tu portes. Tu commences par draguer Yugi… Ensuite, tu embrasses Marik… et tu passes la nuit avec Kaiba, dit Joey.

    Aimy regarda la veste, en effet, elle avait sur le dos, une chemise de Seto. Elle avait pris un vêtement au hasard, dans la chambre de Seto, dans son affolement à cause des secousses du dirigeable.

    -       -   Euh… Tu sais, le baiser de Marik, je le voulais pas… en plus, c’était mon premier baiser, fit Aimy les larmes dans les yeux. Il me fait peur, … mais je peux pas faire… c’est à cause du pacte, je lui … expliqua Aimy, mais elle ne pouvait pas lui dire la vérité sur Maï, ni sur ce que Marik lui avait dit, d’autant que ça n’avait pas de sens… Et Seto… hier soir, je pleurais parce que … elle ne pouvait pas non plus lui que c’était lui qui l’avait fait pleurer, quand même. Je savais pas où aller, ma sœur n’était plus dans la chambre de Bakura. Alors j’ai frappé chez Seto, il m’a simplement ouvert la porte, j’ai pleuré sur son canapé, avant de m’endormir. J’ai pris sa chemise dans la précipitation de ce matin, fit Aimy.

    Elle avait l’impression de se justifier, mais il fallait en passer par là, elle le ferait. Elle avait passé tout son discours la tête baissée, osant à peine regarder Joey, elle fut un peu surprise quand elle sentit la main de Joey sur sa tête, et la tapotait comme un petit chien. Et finalement sourit heureuse, avant d’éclater en sanglots, tellement soulagée.

    -       -   Mer… ci ! parvint-elle à dire au milieu des larmes. D’habitude, je suis plus enjouée comme fille, fit Aimy.

    Mais il faut dire que ces derniers temps, il n’y avait pas grand-chose pour se réjouir. Elle suivit docilement Joey dans la grande bâtisse. Joey défonçait les portes avec vigueur. Aimy ne faisait que le suivre en silence, rassurée toutefois que Joey ne soit plus en colère contre elle. Elle soupira et observait les grandes pièces de ce château, cela lui faisait un peu peur quand même, ces grands espaces vides, et sans … vie. Soudain, elle se retrouva toute seule, elle commença à paniquer, elle ouvrit la première porte, et se retrouva face à l’un des cinq grands.

     

    ///

     

    Miya fut transportée dans une nouvelle vision, le bébé avait maintenant grandis, c’était une petite file, elle devait avoir six ou sept ans. Elle courrait entre les maisons de la ville de Memphis, pourchasser par un groupe de soldat.

    -        -  Petite voleuse ! cria le garde, alors qu’il avait perdu la trace de l’enfant.

    Cette dernière venait de se cacher derrière les pots de poterie venus par bateaux de la capitale de Thébes, en Haute Egypte.

    -        -  Il est parti ? demanda une petite voix à un marin.

    -       -   Oui ! Qu’est-ce que tu as volé ? demanda-t-il avec un petit sourire.

    -         - Quelques pommes, répondit la fillette en sortant trois fruits de sa robe.

    -      -    Franchement, faire tout ce cirque pour trois pommes, fit le marin.

    La fillette sourit, et fila ce qu’elle ne disait pas, c’est que c’était trois pommes tous les jours, parfois d’autres choses. En rentrant chez, elle croisa une petite fille et son grand frère qui tendait la main, Merewt hésita un moment, puis elle posa une pomme dans sa main. Elle sourit et reprit sa route.

     

    Merewt avait grandi dans une famille de voleurs, qui lui avait apprit de nombreuses techniques de vol. Mais elle avait hâte d’être assez grande pour partir avec son grand frère, pour ramener des trésors. La petite fille rentra dans une petite maison, qui ne comptait que deux pièces. Elle y retrouva sa mère.

    -        -  Mésit (Mère) ! cria la petite fille.

    Miya se rendit compte alors que depuis le début, tout le monde parlait en ancien égyptien, et elle comprenait très bien cette langue.

    -        -  Ton frère rentre dans la journée.

    Le visage de la fillette s’illumina, et s’assit devant la fenêtre de sa petite chambre en croquant une pomme en attendant son grand frère.

     

    Shizu, dans le dirigeable, sursauta en voyant Shadi, sortit du mur. Elle lâcha le collier du millénium, qui rebondit sur le sol, dans un bruit métallique, mais Miya resta en transe, assise sur le lit de la jeune égyptienne.

    -         - Qu’est-ce que tu as fait ? demanda Shadi, alarmé

    -        -  Je ne sais pas, avoua Shizu.

    -        -  Elle est restée dans la vision, c’est sa vie, son passé, commenta Shadi. On ne peut plus l’empêcher de découvrir la vérité.

     

     

    ///

     

    -       -   Ah ! cria Aimy, en voyant l’un des cinq.

    -        -  Oh ! Bonjour, Mlle… Aimy ? fit l’homme.

    -       -   Comment connaissez-vous mon nom ? demanda la jeune fille.

    -         - Tu ne te souviens pas de moi ?

    Aimy secoua la tête, mais si elle avait effectivement, cette impression de déjà-vu, elle le connaissait mais n’arrivait pas à s’en souvenir.

    -         - Je suis Johnson, avocat de la KaibaCorp, mais avant cela, je travaillais pour votre père.

    -        -  Mon père ? répété Aimy sans comprendre.

    -        -  Oui, votre sœur et vous êtes les enfants illégitimes de mon ancien patron.

    -       -   Oh… c’est vous, qui veniez voir mère pour lui remettre cette enveloppe.

    -       -   Tout à fait !

    -        -  Qu’est-ce que ça veut dire ?

    -      -   Votre père et Gozaburo Kaiba, avaient décidé une fusion, j’ai effectué moi-même les termes de… ton mariage avec Noah.

    -         - Mon mariage !

    -        -  Oui, c’était toi ou Miya.

    -          -C’est pour ça que je connais, que j’ai rencontré Noah !

    -       -   Il faut que j’aille m’occuper de Joey Wheeler ! fit l’avocat avant de disparaitre.

    -         - Attendez ! cria Aimy en vain.

     

    La jeune fille soupira et recommença à explorer la maison, espérant retrouver Joey, pour le prévenir qu’un des cinq grands en avait après lui. Depuis sa conversation avec le jeune homme, elle se sentait un peu mieux, et si elle pouvait l’aider, ce serait bien. La jeune fille ouvrait timidement les portes, et trouva que des pièces vides, en passant sa tête dans l’encadrure de la porte. Après quelques visites de pièce, la jeune fille trouva enfin Joey.

     

    -       -   Joey ! fit-elle enthousiaste et soulagée, avant de voir que Yugi et Téa, étaient aussi dans la pièce, assis sur un banc. Yugi, Téa, dit-elle avec un sourire. Que se passe-t-il ?

    -        -  Joey est en train de faire un duel, contre l’un des cinq grands, répondit Téa.

    -        -  En avant dés squelette ! s’écria Joey. Plus le chiffre obtenu sera élevé, et plus votre monstre perdra de points d’attaque.

     

    Joey 1200 – Johnson 1000.

     

    Aimy s’approcha vers le premier rang, et s’installa à côté de Yugi. Elle vit le dé passait d’un six à un, étrangement. La jeune fille fronça les sourcils. Johnson parvint à détruire le monstre de Joey, le guerrier-panthère, et gagna à nouveau des points de vie.

    -        -  Tu as à nouveau aucun monstre sur le terrain ! Mais au fait, mon cher Joey, tu n’as pas oublié ma carte magique : Justice sinistre, grâce à cette carte, je récupère 800 points de vie, dit Johnson.

     

    Joey 1100 – Johnson 1800.

     

    La jeune fille ne savait pas trop ce que cela voulait dire, mais elle comprenait que Joey était entrain de perdre. Ce fut d’ailleurs son tour, il mit en jeu, le chevalier le Landstar (500/1200), et ajouta les dés élégants à son jeu. Il se passa exactement la même chose avec le dé, un six se transforma en un.

    -         - Johnson, murmura Aimy en se demandant s’il n’était pas en train de tricher. Une fois, c’était de la malchance, deux fois, c’est tout de même un peu étrange, non ?

    -        -  Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? s’écria Joey.

    -       -   C’est incroyable, je n’ai jamais vu quelqu’un avoir si peu de chance, ajouta Téa.

     

    Puis ce fut au tour de Johnson, il utilisa son pouvoir spécial de carte maitresse pour faire évacuer la salle, et le monstre de Joey disparu, en menant avec lui 500 points de vie. Jonhson perdit lui aussi 1 000 points de vie. Mais il pouvait les regagner grâce à sa carte magique.

     

    Joey 600 – Johnson 800.

     

    -        -  Prépare-toi pour le verdict final, la sentence est proche, fit Johnson.

    -        -  Ce n’est pas encore terminé, je place deux cartes faces cachées, répondit Joey.

    Johnson piocha sa carte, et dévoila la marmite d’avidité. Aimy se tourna vers Yugi, prête à lui demander à quoi servait cette carte, mais l’adversaire de Joey lui apporta la réponse avant qu’elle ait eu le temps de parler. Johnson tira donc deux cartes de plus.

    -         - Grâce à vous, je vais pouvoir tirer cinq nouvelles cartes, dit Joey content. J’active mas carte Quitte ou Double. Voyez-vous, votre honneur, vous avez six cartes en main et moi aucune, c’est justement les conditions nécessaires pour activer cette carte.

    -       -   Quitte ou double ! fit Téa.

    -       -   Oui, Joey prend beaucoup de risques, mais si ce coup de poker réussit, Joey pourrait bien retourner et reprendre l’avantage.

    -       -   Mais… commença Aimy.

    -        -  Mais pourquoi Joey prend-t-il des risques en faisant ça ? termina Téa.

    -       -   Et bien Joey va lancer une pièce en l’air, et il va tirer à pile ou face, si il gagne, il pourra tirer cinq cartes, mais il perd, il devra passer le prochain tour, et il ne peut pas se le permettre, cela pourrait lui coûter le duel, expliqua Yugi.

    Aimy porta son regard sur le juge, Jonhson l’avocat, espérant li transmettre son désir de ne pas tricher, mais avec ce regard blanc, elle n’était même pas sûr qu’il la regarde. Joey lança la pièce, et la jeune fille prit impulsivement la main de Yugi.

    -        -  Je choisis face, s’écria Joey…. Et la pièce tomba….