• Episode 5 : Le Fameux Duel (2/2)

    Bakura sourit et activa la carte « contrôle cérébrale ». Une carte magique, qui contrôlait un monstre adversaire, et, Bakura contrôle Belial, et les points de vie de Miya allait chuter, son clown attaque Belial, et disparut, emportant avec lui 1300 points de vie.

    • Tu as perd…, commença Bakura, avant de voir que la jeune fille avait encore 800 PV de vie. Comment ça se fait ? demanda-t-il avec le sourire.
    • J’ai joué le cadeau de l’elfe, avant ton attaque, augmentant mes points de vie de 900 PV, j’en avais donc 2100, quand j’en ai perdu 1300. Il m’en reste donc 800 ! expliqua Miya avec le sourire.

    Bon, elle venait de gagner un peu de sursis, mais elle ne savait pas très bien comment gagner du temps, jusqu’à ce qu’elle tire Résurrection du Monstre, ça serait parfait pour mettre le coup de grâce.

    Miya : 800 – Bakura : 1500

    • C’est à mon tour ! fit Bakura en tirant une carte, il la plaça face cachée. A toi de jouer !
    • Bien ! fit Miya avant de tirer une carte, elle venait de mettre la main Ooguchi (att300/def250). Elle le gardait dans son jeu parce qu’il pouvait attaquer directement les points de vie.

    Bon, elle hésita un moment, et choisit de ne rien faire sur ce tour-ci. Elle posa toutefois Ooguchi sur le terrain, et l’envoya attaquer directement les points de vie de son adversaire. Bakura perdit 300 PV, mais elle en aurait pour un moment, si elle devait l’avoir comme ça.

    Miya : 800 – Bakura : 1200

    Bakura tira une autre carte, et ne fit rien de plus, non plus. Miya espérait ardemment pouvoir tirer une bonne carte, lui permettant de remporter ce duel. Sa place en finale était en jeu.

    • Bien je pose Maître des cranes (Att1700/def400) sur le terrain, fit Bakura.
    • Bon ! fit Miya, en tirant une carte, elle tenait en main Pendentif noir.

    Si elle activait Renforts et le Pendentif sur sa poupée, et portait une attaque sur Bakura, elle pourrait lui enlever 1200 PV en attaquant son monstre. Mais il y avait encore cette carte face cachée sur le terrain. Elle ne savait pas très bien quoi faire. Plus elle attendait, et plus Bakura aurait la chance de pouvoir tirer une carte lui permettant de gagner.

    • Bien, je vais activer Pendentif Noir, et Renforts sur ma Poupée, et l’envoyer attaquer ton monstre. Fit Miya.

    Bakura secoua la tête, et activa la carte piège, explosion de haine. Cette carte s’activait quand la cible était un démon, comme le maitre des cranes, et détruisait les deux monstres en infligeant des dommages à Miya, égale aux points d’attaque d’origine du monstre, soit 1600 pour la poupée, n’ayant que 800 points, Miya venait de perdre la bataille. Elle soupira et leva les yeux vers Bakura, un peu dépitée de cette situation.  La jeune fille s’approcha de son adversaire et lui tendit ses deux cartes de localisation, et son Belial.

    • Je te le laisse, il ferait pâle figue dans mon jeu, fit Bakura, d’un ton mesquin.

    Miya le regarda un peu surprise. Est-ce qu’il disait cela par méchanceté, ou bien parce qu’il ne voulait pas lui prendre sa carte. Elle glissa sa carte, dans son paquet.

    • Tu as combien de cartes de localisation, maintenant ? Demanda Miya.
    • Quatre ! répondit Bakura.
    • Tu es bientôt en final, alors ! commenta la jeune fille.

    Elle était évidemment déçue d’avoir perdu, mais elle était soulagée de ne pas avoir perdu son Belial. Il l’avait conduit à la victoire plus d’une fois.

    • Au fait, ta sœur te cherchait ! fit Bakura en prenant la route vers le centre de Domino.

    La jeune fille le suivit, Bakura se demandait encore pourquoi, il n’avait pas joué à un jeu des ombres avec elle, pour envoyer son âme au royaume des ombres. Tous les deux marchèrent côte à côte vers la ville, et les duellistes.

    Miya vit Bakura, de loin, parlé avec un groupe. Il lui sembla reconnaître Joey, il était arrivé deuxième au Royaume des Duellistes. Il était accompagné d’une jeune fille, et d’un vieil homme qu’elle n’avait jamais vu. Ils se parlèrent peu de temps, mais Bakura n’était pas le même que celui qu’elle avait affronté, et qu’il l’avait vaincu. Miya s’approcha de lui, il semblait être ailleurs et elle vit un anneau étrange autour de son cou.

    • Il se passe quelque chose ? demanda-t-elle à Bakura.
    • Rien, répondit Bakura, visiblement ailleurs.

    Miya comprit qu’il ne lui dirait rien, mais comme elle voulait savoir, elle décida de ruser, et lui dit qu’elle le quittait pour retrouver sa sœur. Mais c’était un mensonge, elle prit une ruelle et fit demi-tour, pour revenir le suivre. Mais elle n’eut pas besoin d’attendre longtemps, un autre jeune homme arriva sur une moto.

    • Il semble que tu sois la présence obscure dont je détectais la présence ! fit Bakura.

    Le garçon en face de lui, ôta son casque de moto. Il avait les cheveux blonds assez longs et tenait en main un étrange spectre doré. Miya lui trouvait un air de ressemblance avec l’anneau de Bakura.

    • Donne-moi ton objet du millénium et tu pourras passer ! menaça Bakura.

    Miya pouvait observer la scène entre les deux garçons, même si elle n’arrivait pas à saisir toute la compréhension de leur discussion. Elle ne savait pas, par exemple, ce qu’était un objet du millenium, mais elle suspecta que c’était l’anneau et le spectre.

    • Tu sembles connaître l’antique tradition des objets, pourquoi veux-tu ma baguette du millenium ? demanda le motard.
    • Si tu tiens à le savoir, je suis un collectionneur, une fois tous les objets en ma possession, je serais le détenteur d’un immense pouvoir, qui me permettra de régner sur le monde ! expliqua Bakura.
    • Rien que ça ! pensa Miya en levant les yeux au ciel, mais pourtant affichait un air « gourmand », la jeune fille porta son regard sur ses deux forces, sans doute, obscures.
    • Je m’appelle Marik, et je suis le détenteur des secrets dont tu n’imagines même pas, annonça le jeune homme.

    Miya soupira en les regardant, c’est comme s’ils faisaient un bras de fer pour déterminer celui qui avait le plus grand secret obscur, c’était un peu ridicule.  La jeune fille avait bien envie d’aller leur dire qu’ils étaient ridicules.

    • Tu peux avoir mon objet, mais pas tout de suite ! J’aimerais que tu me rendes un service avant ! dit Marik.
    • Lequel ? répondit Bakura, intéressé par ce que son comparse avait à lui dire.
    • Tu dois livrer un duel en mon nom, durant la finale de Bataille Ville, expliqua Marik.

    Les deux garçons se tenaient l’un face à l’autre, ils allaient faire équipe pour un but en commun. Soudain les deux garçons furent dérangés par un cri, pourtant étouffé de la jeune fille. Elle venait de sentir un truc sombre se faufilait entre ses jambes.  Elle regardant un rat s’enfuir dans la ruelle. Miya se retourna et vit que Bakura et Marik la regardaient.

    • Il y avait un rat ! fit-elle sans afficher la moindre honte, gêne, ou peur face aux deux garçons, et leurs pouvoir obscurs.
    • On peut savoir ce que tu fous-là, Miya ! fit Bakura durement et menaçant.
    • J’écoutais votre conversation passionnante, répondit-elle avec le sourire, comme si c’était tout à fait normal d’écouter aux portes, enfin au coin d’une ruelle.
    • Je vais l’envoyer au royaume des ombres, fit Marik en pointant sa baguette vers la jeune fille.

    Miya fut tout de même un peu inquiète, en voyant son spectre bizarre se mettre à briller. Elle sentit qu’il faisait quelque chose, mais elle n’aurait sû dire quoi. Au bout de quelques secondes, elle vit le regard de Marik changeait. Il semblait surpris, elle ne savait pas si c’était une bonne chose pour elle ou pas. En tout cas, elle était toujours debout face aux deux garçons, qui le regardait étrangement. Miya n’avait pas été envoyé au Royaume des Ombres, pourquoi ?

    • C’est tout ! fit Miya, à moitié mesquine, à moitié rassurée.
    • Je vais effacer sa mémoire ! dit Bakura, en faisant à son tour briller son anneau autour de son cou.

    Miya ne sentit pas non plus de différence, et quelques instants plus tard, pourtant, elle était allongée sur le sol, et se releva.

    • Qu’est-ce qui se passe ? demanda Miya.
    • Vous avez été attaqué tous les deux ! raconta un garçon avec les cheveux blonds.
    • Ah ! fit Miya, en aidant Bakura à marcher.

    Pendant l’inconscience de Miya, les deux garçons avaient mis au point leur stratégie pour faire entrer Marik, enfin Namu, dans le cercle des amis de Yugi. Le groupe se dirigeait donc vers le centre-ville. Ils finirent par croiser les amis de Yugi. Bakura fut amené par le grand-père de Yugi vers l’hôpital, laissant Miya et Namu avec Joey et Tea.

     

    Aimy venait de quitter Makuba pour rattraper le duo que formait Yugi et Seto, elle courrait et vit sa sœur accompagnait des amis de Yugi, il y avait Joey, Tea, et un autre garçon blond qu’elle ne connaissait pas, mais elle se précipita vers eux.

    • Miya ! cria-t-elle en s’arrêtant prés d’eux. Je te cherchais. Joey, Téa ! Yugi vous cherche partout, un gars qui s’appelle Marik vous a menacé. Fit Aimy en respirant difficilement.
    • Derrière toi, Joey ! fit le garçon blond.

    Soudain, Joey, Namu, Miya, Tea et Aimy furent saisi par des bras costauds, Aimy se débattait comme un petit diable, et réussit à glisser des bras de son ravisseur. Surtout avec l’aide de sa sœur, qui connaissait certaines prises d’arts-martiaux. Mais elle fut assommée par derrière. La jeune fille se mit à courir dans la première direction qu’elle trouva, l’aquarium de la ville. Elle finit par repérer Yugi et Seto devant une cabine téléphonique.

    • Yugi, Seto! A l’aide ! cria-t-elle
    • Que se passe-t-il ? demanda Yugi
    • Marik, nous a attaqué, il a kidnappé tes amis et ma sœur …

    Aimy conduisit les deux duellistes sur les lieux de l’agression, qui n’était vraiment pas loin, mais il n’y avait plus personne, à part le téléphone de Téa, gisant par terre. Alors qu’il regardait autour d’eux, un pilleur de l’ombre se présenta devant eux, il était de petite taille, mais un peu enveloppé. Aimy ne pouvait pas voir son visage, et cela ne la rassure par trop, heureusement qu’elle était accompagnée de Yugi et Seto.

    • Qu’avez-vous fait de mes amis ? demanda Yugi, mais la jeune fille doutait qu’il allait lui répondre.
    • Tu le sauras bien assez tôt ! Regarde Seto Kaiba, regarde qui nous accompagne !

    Soudain un bruit retentit dans le ciel, un hélicoptère arrive. L’engin volant fait son apparition et transporte le pauvre Makuba attaché dans les airs.

    • Makuba ! crièrent Seto et Aimy en même temps.
    • Vous allez regretter de vous en être pris à mon petit frère ! fit Seto menaçant.
    • Tes menaces ne sont que du vent ! dit le pilleur d’un ton amusé. Retrouve-nous en haut de cet immeuble, ordonna l’homme en pointant son doigt, vers un bâtiment très haut. Oh ! Kaïba, tu n’es pas le seul à être convié, toi aussi Yugi, à moins que tu ne veuilles pas revoir tes amis.
    • Libère mes amis, ils n’ont rien à voir dans cette histoire, s’énerva Yugi.

    ....